méditations du mercredi

Le mercredi à 18h30, nous continuons à nous retrouver pour une séance de pleine conscience (marche méditative, Qi Qong, chants … ). Le lieu de rendez-vous est à Boutdeville à Langueux (près du parking de la briquetterie, côté mer).

« L’esprit se perd en mille et une pensées mais je marche paix sur ce beau chemin. A chaque pas souffle un vent léger, à chaque pas une fleur éclot. » Thich Nhat Hanh

Marche méditative mercredi 20 mai

Mercredi dernier, nous avons fait une marche méditative. Nous étions 8 personnes. Cela fait du bien de se retrouver en chair et en os.

Nous renouvelons une marche méditative mercredi 20 mai.

Rendez-vous un peu avant 18h30, au parking de Boutdeville à Langueux (près de la briqueterie). Nous marcherons le long du GR 34 en respectant les distanciations physiques, port du masque possible.

« Le vrai miracle n’est pas de marcher sur l’eau mais de marcher sur terre » citation zen

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20180317_181127-768x1024.jpg.

marche méditative

Pour « célébrer » le déconfinement, nous proposons de nous retrouver les pieds sur la terre ferme et de marcher ensemble en plein air, dans la joie et la paix. Le rendez vous sera mercredi prochain (13 mai) à l’heure de la méditation (18h30) et sur la petite place à l’entrée de la salle habituelle (libre cour).

Nous respecterons les consignes par rapport au « covid 19 »: Distance minimum de 1m50 entre les personnes. Au delà de 10 personnes nous ferons deux groupes indépendants.

Profitons de l’opportunité qui nous est offerte par cette période de crise de l’humanité pour développer quotidiennement, notre pleine conscience, notre joie, notre paix, et notre compassion.

Dimanche 3 mai : journée de pleine conscience pendant le confinement

Joyeusement ensemble… à distance !

Pour cette journée de Pleine Conscience à distance, nous vous proposons de partager différentes activités en suivant un horaire commun, afin de mieux nous connecter et générer une énergie de Pleine Conscience collective.

En cette période exceptionnelle, la technologie se révèle à certains égards une alliée de notre pratique de la pleine conscience et de l’inter-être. Elle qui parfois semblait nous séparer, nous offre depuis plusieurs semaines de grandes ressources pour nous connecter avec nos proches, malgré l’isolement et la distance ; pour continuer à retrouver les membres de notre Sangha ; pour recevoir enseignements et méditations des moines et moniales du Village des Pruniers…  Des contenus riches et porteurs pour notre pratique, mais qui donnent aussi une place encore plus forte aux écrans dans notre quotidien.

Nous aimerions vous inviter à être vraiment à l’écoute de ce que vous sentez bon pour vous en termes d’usage de la technologie. Hormis pour le partage du Dharma qui, si vous souhaitez y participer, se fera en ligne (lien ci-dessous dans le programme), c’est l’occasion de se demander, sur ces différents moments de la journée : est-ce juste pour moi de regarder la méditation sur ordinateur, ou bien d’aller méditer en silence devant mon autel, dans mon jardin, ou tout endroit où je peux m’ancrer ? Ai-je l’élan d’utiliser le temps proposé pour laisser mon corps me guider dans des mouvements libres, ou d’autres que je connais, ou plutôt de suivre une vidéo de Qi Gong en ligne ? Qu’est-ce qui me semble juste pour moi, dans l’instant présent ? Des liens vers des vidéos ou enregistrements sont proposés dans le programme, pour les personnes préférant se sentir soutenue-s de cette manière. A chacun-e de sentir ce qui lui semble bon.

Voici le programme que nous vous proposons :

Au plaisir de pratiquer avec vous !

Pour le partage via Zoom : cliquer sur le lien https://zoom.us/j/81842125086

Pour vous, c’est gratuit, vous pouvez créer un compte sur https://zoom.us/fr-fr/freesignup.html ou y accéder sans. L’expérience sera meilleure sur un ordinateur (Windows, Linux ou Mac)

Il est aussi possible de se connecter en « client léger » directement sur internet sans télécharger l’appli.

Pour les visios, il est recommandé de fermer toutes les autres applications. ll est important d’avoir un débit minimum de 3 à 4 Mb/seconde sur le wifi. En-dessous, il est possible d’utiliser plutôt la 4G, à condition d’avoir une bonne réception, mais attention, les visios sont gourmandes en flux de données et vous risquez de consommer votre forfait mensuel assez rapidement.

Il est préférable d’utiliser un casque audio et des écouteurs afin d’éviter la résonance des hauts parleurs et tout de sorte de bruits de fond et de couper son micro lorsqu’on ne parle pas, notamment durant les méditations.

Si vous n’avez pas de caméra, vous pouvez quand même vous connecter pour voir la personne qui anime, et les autres participant-es en ayant une.

Propositions de pratiques en ligne avec le Village des Pruniers

Cette période de « rester chez soi » est une belle opportunité d’approfondir la pratique dans le quotidien, la pratique de l’arrêt, de regarder et d’accueillir nos émotions, quelles qu’elles soient. C’est aussi l’occasion de prendre davantage le temps de nous connecter à notre respiration, aller vers plus de simplicité, cheminer vers nos valeurs essentielles. Un retour à Soi, chez Soi.

Pour nourrir la pratique en sangha, en plus du mercredi, des pratiques utilisant le réseau internet sont proposées par les monastiques du Village des Pruniers, en direct, parfois en différé, par zoom ou youtube.

Les Sœurs du Hameau du Bas offrent une session de questions et réponses en direct les trois prochains samedis, voir l’annonce pour s’inscrire préalablement: https://zoom.us/webinar/register/WN_o5eKS0KzSiSZC1p-aGRKdQ

Pour suivre les méditations, les enseignements, les récitations des 5 Entraînements à la Pleine Conscience à la Maison de l’Inspir’, en direct ou en différé sur youtube : https://www.youtube.com/channel/UCbz_2x4E0qIdGGjgAWV5pJQ

Pour suivre les méditations et les enseignements du Village des Pruniers en direct: plumvillage.org/live

Belle pratique 🙂

séance du mercredi 1er avril

Puisse cette période de confinement être l’opportunité d’une pratique de pleine conscience et source de transformation!

Pour pratiquer ensemble, en visio-conférence, mercredi dernier (27) nous étions 15 personnes avec aussi la présence de 3 enfants . Nous renouvellerons cette expérience demain, mercredi premier avril ( amenez vos beaux poissons d’avril !). Ci dessous le lien et les informations pour bien vous connecter. Merci d’arriver 10/ 15 mn avant pour régler les aspectes techniques.

Cliquer sur le lien https://zoom.us/j/841704091

Pour vous, c’est gratuit, il vous suffit de créer un compte surhttps://zoom.us/fr-fr/freesignup.html. (Sans compte, le service est minimum). L’expérience sera meilleure sur un ordinateur (PC ou Mac)

Il est aussi possible de se connecter en « client léger » directement sur internet sans télécharger l’appli.

Pour les visios, Il est recommandé de fermer toutes les autres applications. ll est important d’avoir un débit minimum de 3 à 4 Mb/seconde sur le wifi. . En-dessous, il est possible d’utiliser plutôt la 4G, à condition d’avoir une bonne réception, mais attention, les visios sont gourmandes en flux de données et vous risquez de consommer votre forfait mensuel assez rapidement.

Pour augmenter le débit, il est préférable de vous relier directement par câble à la box.

Il est préférable d’utiliser un casque audio et des écouteurs afin d’éviter la résonance des hauts parleurs et tout de sorte de bruits de fond ou de couper son micro lorsqu’on ne parle pas, notamment durant les méditations.

Si vous n’avez pas de caméra, vous pouvez quand même vous connecter pour voir l’animateur et les autres participants en ayant une.

Si vous souhaitez rejoindre les méditations de la maison de l’inspir’ ou écouter les enseignements:

https://www.youtube.com/channel/UCbz_2x4E0qIdGGjgAWV5pJQ

Sangha en ligne

Nous étions 6 personnes mercredi pour la rencontre de la sangha sur zoom, une opportunité de pratiquer ensemble dans le contexte de pandémie que nous vivons. L’occasion de nourrir la joie, la vitalité, la paix en nous et autour de nous. Nous avons eu une méditation guidée, puis un partage.

Prochain rendez-vous mercredi 25 mars à 18h30. Vous pouvez arriver à partir de 18h15 pour la familiarisation technique. Vous pouvez aussi nous rejoindre sans vous connecter à internet, en vous installant sur votre chaise ou votre coussin mercredi à 18h30 et nous en informer au préalable. Nous allons essayer de mettre prochainement des méditations sur le blog

Pour la rencontre mercredi, vous cliquez sur le lien à partir de 18h15 et vous vous laissez guider. https://zoom.us/j/841704091

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Screenshot_2020-03-18_19-12-18-1024x631.png.




Rencontre de la Sangha en ligne

Les conditions nous invitent à être créatifs.

Le Cœur de Sangha de Fleur de l’Instant (les facilitateurs) propose la mise en place de rencontres en ligne avec l’application Zoom. Elles auront lieu le mercredi soir à l’heure habituelle durant la période de fermeture de la salle.

Rendez-vous ce mercredi à 18h30 devant votre ordinateur ou smartphone pour découvrir cette nouvelle manière de pratiquer ensemble.

A partir du lien : https://zoom.us/j/841704091 vous aurez à télécharger l’application zoom (gratuit). Nous prendrons 15mn pour les aspects techniques puis aurons une méditation guidée suivie d’un partage.

Ceci sera un premier essai, un apprentissage. Si toutefois, vous ne parvenez pas à nous rejoindre, merci d’envoyer un courriel à fleurdelinstant@netc.fr. Nous ferons notre possible pour améliorer pour la semaine prochaine.

Pour nourrir notre joie et être en lien, nous vous partageons un chant: http://www.fleurdelinstant.fr/je-suis-chez-moi-je-suis-arrive/

un bouquet de tulipes pour vous 🙂

Séances de méditation du mercredi

Compte-tenu des directives du ministère de la santé au sujet de la propagation du corano-virus et, surtout, afin de protéger la vie des personnes, nous suspendons les séances de méditation du mercredi dans la salle de la médiathèque.

Chacun et chacune est vivement invité.e à conserver ce moment précieux du mercredi pour prendre le temps de s’asseoir tranquillement chez soi, suivre sa respiration, et s’installer dans les sensations de son corps, quelles soient agréables ou désagréables . Être « un » avec elles et leur sourire avec bienveillance. Il est possible également de pratiquer la marche méditative chez soi, dans notre jardin ou au bord de la mer, en marchant présent.e.s dans nos pas, le souffle relié à la Terre-Mère.

Nous pouvons observer aussi nos pensées et prendre conscience si elles nourrissent des émotions bienveillantes ou si elles créent de la souffrance en nous et chez nos proches ( prendre le temps de lire l’enseignement de Thich Nath Hanh ci-dessous).

Profitez de ce moment particulier pour éclairer chaque moment de votre pleine conscience et, peut-être, changer certaines énergies d’habitude.

Que cette période puisse générer de l’amour, de la compassion de la joie, et de la non-discrimination en tous les êtres vivants !

Nous allons chercher à vous proposer au cours de cette période des pratiques, soit par le biais du blog ou soit en ligne .

Un extrait d’un enseignement de Thich Nath Hanh (2012)

La diligence juste

(cloche)

Bonjour chers amis. Nous sommes aujourd’hui le mercredi 2 mai de l’an 2012. Nous sommes su Hameau du Haut dans la salle de méditation de l’Eau Tranquille pendant notre retraite francophone.

La conscience du tréfonds

Nous avons parlé l’autre jour de la pratique comme une culture, culture de l’esprit. Il faut comprendre qu’il faut savoir comment notre esprit fonctionne pour pouvoir bien pratiquer. C’est pour cette raison-là que dans le bouddhisme, la psychologie est quelque chose de très important. Il y a des volumes et des volumes écrits sur la psychologie bouddhique. Et dans le bouddhisme, on parle de la conscience en termes de semences, de graines. Très intéressant. Il y a cette partie de la conscience qui préserve toutes les semences. C’est comme un disque dur dans votre ordinateur qui préserve toutes les données, les informations. Et dans notre conscience-connaissance, il y a cette partie appelée le tréfonds. Le mot sanskrit est alaya, store consciousness. Le tréfonds est un terrain qui cache, qui préserve toutes les semences. Et nous savons très bien que nous avons tous une semence appelée la semence de la pleine conscience. Elle est enfouie ici. Avec la pratique de la pleine conscience, on peut faire grandir cette semence en nous. On sait que la semence de la pleine conscience est une source de bonheur, parce qu’avec la pleine conscience, on peut entrer en contact avec les merveilles de la vie qui peuvent nous nourrir, nous guérir. Elles donnent beaucoup de joie. C’est pourquoi la pleine conscience est une source de bonheur. Et nous avons tous une graine de pleine conscience en nous, et la pratique nous aide à faire grandir cette graine, et à chaque fois que nous avons besoin de l’énergie de la pleine conscience, on peut toucher cette graine, et il y a de l’énergie de la pleine conscience pour nous. Nous avons aussi la graine de la concentration, la graine de la vision profonde, et tout cela sont des graines, des bonnes graines, des graines positives, et on appelle tout cela la nature de Bouddha, la nature de l’éveil, la nature de l’amour en chacun de nous. On n’a pas à aller chercher ailleurs, elles sont là dans le tréfonds. Il y a aussi des graines négatives, comme la jalousie, comme la peur, comme le désespoir. Elles sont toutes là. Et cette partie de la conscience-connaissance appelée tréfonds est quelquefois appelé la totalité des semences. Sarva bîjaka. Sarva veut dire la totalité, bîja, les semences. C’est un autre nom du tréfonds. Et le tréfonds est en quelque sorte le sous-sol de notre maison. On garde beaucoup de choses dans le sous-sol. Et ici, on a le rez-de-chaussée, la salle de séjour est ici. Et ici, c’est le mental. La conscience immédiate, et le tréfonds est la conscience enfouie. Il y a des choses qui sont là, mais nous ne sommes pas conscients de leur présence, même des choses très très précieuses. Il y a un Bouddha, il y a le Royaume de Dieu dedans, et on les ignore. Donc, c’est le rez-de-chaussée, c’est la salle de séjour, et ici, c’est le sous-sol. Et quand une graine négative comme la colère est touchée : on vient de dire quelque chose, on vient de faire quelque chose, qui peut toucher la graine de la colère ici, et si cette graine est assez importante, elle se manifeste tout de suite au niveau du mental, une zone d’énergie appelée colère. Et ici, on l’appelle bîja, c’est-à-dire une graine, une semence. Et quand la graine se manifeste ici, on l’appelle une formation mentale. Donc, quand la graine de la colère se manifeste ici au mental, le paysage du mental n’est plus beau, ce n’est pas agréable. Et si on ne sait pas comment faire, alors on continue à souffrir. Donc il faut savoir comment faire quand une chose comme la colère se manifeste, une chose comme le désespoir se manifeste. Si on laisse la colère s’installer longtemps dans le mental, à la base, elle a la chance de grandir. C’est dangereux aussi. C’est pourquoi on doit apprendre une méthode pour pouvoir aider la formation mentale de la colère de retourner aussi vite que possible à sa place originelle dans le tréfonds.

La diligence juste

Et cela fait partie de la pratique appelée la diligence juste. Dans la pratique, nous savons que quand une agression se manifeste dans le mental, il faut agir tout de suite, il ne faut pas se laisser submerger par cette énergie négative, comme la colère, le désespoir, le doute, par exemple. Alors la méthode recommandée par le Bouddha est d’inviter une autre graine à venir pour prendre soin, et la pleine conscience est la graine que nous devons choisir. Alors si on commence à respirer, et si on porte son attention sur la respiration, alors on commence à inviter la graine de la pleine conscience à se manifester. Il faut deux, trois secondes, pour que la graine de la pleine conscience devienne une énergie, et voilà dans la salle de séjour deux sortes d’énergie. Premièrement, l’énergie de la colère, et deuxièmement, l’énergie de la pleine conscience. Et la pleine conscience est là, ce n’est pas pour combattre, pour supprimer la colère. La méditation, ce n’est pas la transformation de notre personne en champ de bataille, le bien combattant le mal. Ce n’est pas cela. C’est parce que vous êtes la pleine conscience, vous êtes aussi votre colère, alors pas de violence. Donc le rôle de la pleine conscience, c’est de reconnaître. La reconnaissance pure et simple de la colère. « Ma chère petite colère, je sais que tu es là. Je vais prendre soin de toi. » C’est comme un grand frère prenant soin du petit frère. C’est comme une maman prenant soin de son bébé avec beaucoup de tendresse. La non-violence. La méditation est caractérisée par la non-violence et la non-dualité. La non-dualité, parce que vous reconnaissez le fait que vous êtes la pleine conscience, mais que vous êtes aussi la colère. Il ne faut pas faire violence à soi-même, alors il ne faut pas supprimer, il ne faut pas combattre. La non-violence. Donc, le premier rôle de la pleine conscience, c’est de reconnaître la présence de la colère : « Ma chère petite colère, je sais que tu es là, je vais prendre soin de toi. » Une reconnaissance pure et simple de l’existence de la colère. La pleine conscience est l’énergie qui peut nous aider à nous rendre compte de ce qui se passe. Ce qui se passe, c’est qu’une énergie de colère vient de se manifester. Deuxièmement, la pleine conscience peut embrasser, avec beaucoup de tendresse, cette colère-là, comme le soleil qui embrasse une fleur de lotus. Pas de violence, seulement une embrassade. Quand la maman entend le bébé crier, elle sait que la chose la plus importante à faire pour elle dans le moment présent est de cesser de travailler, d’entrer dans la salle du bébé, et la première chose que la maman fait est prendre le bébé dans ses deux bras comme cela. C’est exactement ce que le pratiquant doit faire quand une souffrance se manifeste. La colère, ou bien le désespoir, ou bien la confusion, ou bien la peur. Il faut tout de suite faire la marche méditative ou la respiration consciente pour pouvoir générer la deuxième énergie. Cette deuxième énergie, vous vous en servez afin de pouvoir reconnaître et embrasser avec douceur, et après quelques minutes, vous aurez un soulagement. Il faut s’entraîner comme ça. Et si vous pouvez le faire, vous pouvez aider l’autre personne à faire cela. Vous constatez que l’autre personne est submergée, envahie par une peur ou une colère, et vous pouvez apporter votre pleine conscience pour pouvoir soutenir cette personne à faire la même chose, à reconnaître cette colère, cette souffrance, pour l’embrasser, et vous êtes là pour lui, vous êtes là pour elle, pour aider cette personne-là à faire cela. Donc, dans une Sangha, on s’entraide dans la pratique. Et une autre chose que vous pouvez faire, est d’aider cette formation mentale de colère à retourner à sa place de base. Et la manière la plus facile est d’inviter une graine de nature opposée, comme la compassion. Vous avez une graine de compassion en vous. Et si la graine de compassion est touchée, alors elle se manifeste en formation mentale, et la compassion se manifeste, la compassion peut aider à neutraliser un peu la colère. Et si la compassion se manifeste ici, elle peut déjà vous aider tout de suite à souffrir moins. Avec la compassion dans le coeur, on souffre moins tout de suite. Et vous savez très bien que vous avez une graine de compassion, il n’y a pas de doute. Et si vous faites la méditation sur la compassion chaque jour, alors cette graine va grandir. Avec une grande graine de compassion, vous pouvez vous servir de l’énergie de la compassion tous les jours, pour ne pas souffrir, pour pouvoir agir et parler de telle sorte que cela puisse enlever la souffrance et installer le bonheur. Donc c’est comme un mini-disc, un disque, compact disc. Si vous jouez de la musique et si ce morceau de musique ne nous plaît pas, pourquoi continuer ? Il faut changer de disque. Alors il faut pousser, il faut inviter le disque de la compassion à venir pour remplacer. Et c’est ce que le Bouddha nous a recommandé. Il faut changer le disque, il ne faut pas continuer comme ça. Et vous avez des disques de bonne qualité en vous. Vous avez la compassion, vous avez l’amour, vous avez la joie, vous avez le bonheur, vous avez la non-discrimination, vous avez toutes sortes de bonnes graines en vous, et si vous pratiquez chaque jour, ces graines-là deviennent plus importantes, et à chaque fois que vous avez besoin d’elles, alors vous pouvez les inviter très facilement. Donc, la diligence. La diligence juste, c’est cela. C’est ne pas rester victime d’une formation mentale négative, il faut faire quelque chose. Un bon pratiquant sait exactement comment faire pour pouvoir changer le disque. Donc, il y a quatre aspects de la pratique.

1. Ne pas donner une chance aux graines négatives.

Le premier aspect de la pratique, c’est qu’il faut s’arranger pour que les mauvaises graines, les graines négatives puissent dormir tranquillement là-bas, il ne faut pas leur donner une chance de se manifester. Un bon pratiquant doit organiser sa vie de telle sorte que les mauvaises graines ne soient pas arrosées chaque jour. Si vous vivez dans un environnement plein de colère, plein de désespoir, alors les mauvaises ont beaucoup de chance d’être arrosées, c’est pourquoi il faut choisir un environnement où les mauvaises graines ne sont pas arrosées chaque jour. Et vous pouvez parler avec votre partenaire, et vous pouvez vous arranger, c’est une sorte de traité de bonheur, de traité de paix entre vous et elle, vous dites ceci : « Chéri, tu sais que j’ai des mauvaises graines en moi : j’ai la graine de colère, de jalousie, et si tu dis quelque chose pour arroser ces graines-là, je vais souffrir, et si je souffre, tu ne peux pas être heureux. Donc je te prie de ne pas arroser les mauvaises graines. Et chéri, je sais aussi que tu as aussi ces graines-là, et je fais le vœu de ne pas arroser ces graines en toi. Alors on peut signer ? » Donc c’est le premier aspect de la pratique : ne pas arroser les mauvaises graines. On peut faire cela, et on peut aider l’autre personne à faire cela. Il faut un traité de paix, traité de bonheur. Il ne faut pas laisser à ces graines une chance de se manifester, parce que quand elles se manifestent, nous souffrons, et à la base, elles ont une chance de grandir.

2. Quand la graine négative s’est manifestée, chercher à l’aider à redevenir graine.

Deuxièmement : s’il arrive que la graine négative se soit déjà manifestée, faire quelque chose tout de suite pour aider la formation mentale à redevenir graine le plus tôt possible. Et vous pouvez faire cela en invitant des bonnes graines à se manifester. Quand vous écoutez un enseignement du Dharma, par exemple, vous arrosez beaucoup de bonnes graines en vous, et quand les bonnes graines se manifestent là, alors la colère, le désespoir, reviennent à leur place originelle. Et on peut faire, on peut aider l’autre personne à faire cela. Lorsqu’on constate que l’autre personne est sous l’emprise d’une formation mentale négative comme la colère, le désespoir, on doit faire quelque chose pour aider cette personne à sortir. Alors on peut regarder cette personne, on peut reconnaître des bonnes graines en elle, et on dit quelque chose pour pouvoir arroser cette graine. Et l’effet peut être immédiat. L’autre personne peut sortir très vite, parce que vous avez aidé à arroser la bonne graine en elle. Donc, premier aspect de la pratique : ne pas donner une chance aux graines négatives. Deuxièmement, quand la graine négative s’est manifestée, chercher à l’aider à redevenir graine.

3. Donner beaucoup de chance aux bonnes graines.

Troisième aspect de la pratique : aider la bonne graine à se manifester. Vous avez des bonnes graines, pourquoi ne pas les aider à se manifester ? Quand vous lisez un livre sur le Dharma, quand vous discutez sur la compassion pour la pratique, alors vous arrosez la graine en vous-même, et vous arrosez la bonne graine dans l’autre personne. Et dans cette retraite, on ne fait que cela : on arrose les bonnes graines en soi-même, et on arrose la bonne graine dans les autres personnes. Donc, nous sommes au courant du fait que nous avons des bonnes graines, y compris la graine du Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu est disponible dans l’instant présent. Alors, si on a de la pleine conscience, on sait qu’on a une chance, on peut se promener dans le Royaume, et chaque minute peut nous guérir, nous nourrir. Qu’est-ce qu’on a fait de sa vie ? Beaucoup d’entre nous ont cette capacité de décrocher un diplôme, d’avoir un emploi, de faire beaucoup d’argent, mais l’essentiel, c’est d’avoir cette capacité de vivre vraiment notre vie. Et avec la pratique de la pleine conscience, on peut se déplacer de l’anxiété, de la peur, on peut s’installer dans le moment présent afin de pouvoir toucher en profondeur les merveilles de la vie qui appartiennent au Royaume de Dieu, à la Terre Pure du Bouddha, et vivre en profondeur avec joie chaque moment. La marche méditative est un des moyens qui peut vous aider à vivre comme cela. Le Royaume de Dieu est maintenant ou jamais. Et vous faites partie du Royaume, le Royaume est en vous. Dans l’Évangile, le Royaume de Dieu est décrit comme une sorte de graine, une graine de moutarde. Dans l’enseignement bouddhiste, on parle des graines, mais dans le christianisme, on parle de graines aussi, semer les graines. Alors il faut donner une chance aux bonnes graines en vous, beaucoup de chance afin qu’elles puissent se manifester. Une fois manifestées ici, elles rendent le paysage du mental agréable, magnifique, pour votre bonheur, et pour le bonheur de votre bien-aimé. Et c’est la pratique, et c’est facile, c’est faisable. Le pratiquant est un artiste, il sait comment faire pour gérer la manifestation des graines.

4. Quand la bonne graine se manifeste, chercher à la retenir le plus longtemps possible.

Quatrièmement : quand la bonne graine se manifeste, chercher à la retenir le plus longtemps possible. Si l’amour, la joie se manifestent, alors vous pouvez faire tout pour pouvoir garder cette bonne formation mentale ici pour votre bonheur et pour le bonheur de votre bien-aimé. Et pendant ce temps là, la bonne graine, la graine ici en bas a une chance de grandir. C’est ce qu’on appelle dans le bouddhisme la transformation à la base. La transformation à la base ne se fait pas ici, au niveau du mental. Elle se fait au niveau du tréfonds. Et si vous aidez, si vous pratiquez les quatre aspects de la diligence, vous pouvez réduire l’importance des mauvaises graines, et vous pouvez faire grandir les bonnes graines en vous, et ça s’appelle la transformation à la base. Et le tréfonds, quand vous dormez, travaille toujours. Le tréfonds a la fonction de préserver toutes les graines, de recevoir toutes les informations, les expériences. Il peut traiter les informations, il peut apprendre, il peut transformer, il peut nourrir. On médite non seulement avec le mental, mais on médite aussi avec le tréfonds. Donc, si la bonne graine a une chance de se manifester, alors on tache de la garder ici le plus longtemps possible pour son bonheur et pour le bonheur de l’autre, et à la base, la graine de la compassion, la graine de la non-discrimination, la graine de la joie, la graine du bonheur ont une chance de grandir. Quand j’étais novice, j’ai du apprendre par cœur le nom de toutes les graines. Dans les écoles du bouddhisme, chaque école nous enseigne la même chose : il y a des graines, et il y a une cinquantaine de variétés de graines, et on doit appeler les graines par leur nom, pour que chaque fois qu’une graine se manifeste, on puisse l’appeler par son vrai nom. Si c’est de la jalousie, on sait que c’est la jalousie. « J’inspire, je sais que la jalousie vient de se manifester en moi, et je souris à ma jalousie, j’embrasse ma jalousie. » J’ai demandé à un frère phap de copier la liste des formations mentales. Est-ce que c’est prêt ? Pas encore prêt ? Est-ce que c’est possible d’avoir cela demain ou après-demain ? C’est bien.

(cloche)

L’arrosage sélectif

Donc, le quatrième aspect de la pratique est d’aider la bonne formation mentale à rester le plus longtemps possible, que la joie demeure. C’est cela, que la joie demeure, et en pratiquant, on sait comment faire. Donc, au Village des Pruniers, on parle de l’arrosage. L’arrosage, c’est la pratique de chaque jour. On arrose seulement les bonnes graines, on n’arrose pas les mauvaises graines. Et la pratique est appelée l’arrosage sélectif. Et quand on signe le contrat, alors on sait comment arroser en soi, et comment arroser les graines dans l’autre personne. Je me souviens, il y a une vingtaine d’années, d’un couple qui est venu de Bordeaux. Ce jour-là, nous célébrions, c’était l’anniversaire de la naissance du Bouddha, Vesak, et j’ai donné un discours, un enseignement sur l’arrosage positif, et j’ai constaté que la dame a pleuré pendant tout l’enseignement. Après l’enseignement, je suis venu parler avec le monsieur, et j’ai dit seulement quelques mots : « Cher ami, il me semble que votre fleur a besoin d’un peu d’arrosage. » Seulement quelques mots comme ça, et il a très vite compris. Donc, après le déjeuner, ils sont partis, et le parcours a duré quelque chose comme une heure d’ici à Bordeaux, et en conduisant la voiture, il pratiquait l’arrosage. Quand le couple est arrivé à la maison, elle était complètement transformée, très joyeuse, et les enfants étaient surpris. Le monsieur connaissait la pratique, mais il ne pratiquait pas, il avait besoin d’un maître, ou bien d’un frère ou d’une sœur dans la pratique pour lui rappeler la pratique. Il faisait très bien. Il suffit de quelques minutes pour pouvoir transformer une personne. Si vous reconnaissez les bonnes graines dans l’autre personne, vous pouvez arroser tout de suite, et vous avez besoin seulement de quelques minutes, et vous pouvez la transformer tout de suite. Si on laisse arroser les mauvaises graines, les graines du désespoir, de la colère plusieurs fois chaque jour, elles vont devenir trop importantes, et elles amèneront beaucoup de souffrance, et quand elles sont puissantes, elles essaient de forcer la porte pour entrer dans la salle de séjour. Pendant le jour, on tache de les supprimer, mais pendant la nuit, dans le rêve, elles arrivent.

Embargo

Notre pratique, c’est d’établir une sorte d’embargo ici, pour que les mauvaises graines ne puissent pas entrer dans le mental. C’est un mécanisme de défense. Vous savez que si ces choses-là montent, vous allez souffrir, c’est pourquoi vous voulez les supprimer, les refouler. Et comment ? Avec la consommation. Vous n’avez pas besoin de manger, mais vous cherchez quelque chose à manger pour pouvoir oublier. Il y a un vide, un vacuum en vous, et vous ne savez pas comment gérer ce vide, cette solitude en vous, donc manger est une manière de refouler la souffrance. Ou bien, vous allumez la télé, et le programme n’est pas intéressant du tout, mais vous n’avez pas le courage d’éteindre la télé, parce que vous avez peur que si vous éteignez la télé, elle va venir, et vous cherchez à parler au téléphone, vous cherchez à aller vers du shopping, vous faites tout pour pouvoir supprimer, empêcher votre douleur de se manifester. L’embargo, le refoulement. Et la plupart d’entre nous adoptent cette pratique. On consomme, non parce qu’on a besoin, mais parce qu’on a peur de ce qui est là dans le tréfonds. On consomme pour pouvoir couvrir, des couches et des couches de consommation, et cette société de consommation reflète le problème de nous tous. On consomme pour pouvoir oublier, mais on ne peut pas oublier. Pendant la nuit, cela se manifeste, en cauchemar. Alors, ce que le Bouddha a suggéré, c’est d’enlever cet embargo. Il faut laisser la souffrance se manifester, pour pouvoir la reconnaître et pour pouvoir l’embrasser. La pratique consiste à reconnaître la souffrance et à embrasser la souffrance. Ici, deuxième aspect de la pratique. Si on ne sait pas, si on ne connaît pas la pratique, on risque d’être submergé par la douleur, mais si on connaît la pratique, on n’a pas peur. Avec la pratique de la respiration consciente, la marche dans la pleine conscience, on peut toujours générer l’énergie de la pleine conscience, et à chaque fois qu’une souffrance se manifeste, on a l’énergie de la pleine conscience pour pouvoir reconnaître et embrasser. La maman, quand l’enfant pleure, prend l’enfant dans ses bras avec beaucoup de douceur. Elle ne sait pas ce qui ne va pas avec l’enfant, mais le fait qu’elle le prend dans ses bras avec beaucoup de douceur peut déjà apporter un soulagement à l’enfant, parce que l’énergie de la douceur commence déjà à pénétrer dans l’enfant. C’est comme la lumière du soleil embrassant une fleur de lotus. Non seulement la lumière voyage autour de la fleur, mais en tant que photon, elle essaie de pénétrer dans la fleur de lotus, c’est pourquoi une heure après, le lotus doit s’ouvrir. Ici, c’est la même chose. La pleine conscience, c’est la lumière du soleil, et la souffrance est une fleur. Et le soleil de la pleine conscience embrasse tendrement et pénètre, petit à petit, dans la zone de la souffrance, et c’est pourquoi un soulagement peut être possible juste après quelques minutes. Et après deux ou trois minutes, la maman va découvrir ce qui ne va pas avec son bébé. Et comme ça, avec la pleine conscience et la concentration, on va pouvoir regarder et voir la nature et la racine du mal, de la souffrance, et on peut régler cela facilement. Donc, pour ne pas avoir de la peur vis-à-vis de notre souffrance, il faut être muni, armé de l’énergie de la pleine conscience, et vous pouvez rentrer à la maison sans peur, pour prendre soin de la souffrance en vous. Si on continue à installer l’embargo, alors une situation de mauvaise circulation va se produire. Votre psyché ne circule pas bien, parce que vous empêchez les choses de circuler. Le refoulement, la suppression, peuvent créer cette situation de mauvaise circulation, et la mauvaise circulation de la conscience va aboutir à des troubles mentaux. Des symptômes de troubles, de maladies mentales, la dépression, la psychose, et des choses comme ça. C’est très dangereux. Donc, il faut écouter le Bouddha, il faut enlever l’embargo et laisser la douleur monter, et si vous savez comment reconnaître, embrasser la douleur, alors vous pouvez faire venir un soulagement, et après cela, la douleur est affaiblie, dix pour cent, cinq pour cent, quinze pour cent, et après cela, elle va retourner à sa place, à la base. Donc, on peut concevoir la pleine conscience comme un bain. On va donner à notre douleur un bain de pleine conscience. Vous embrassez votre douleur, votre colère, avec la pleine conscience, et après avoir reçu le bain de la pleine conscience, votre douleur perd un peu de son pouvoir. Vous avez un soulagement, et après cela, elle va retourner à sa place. Et comme ça, la prochaine fois, quand elle se manifeste, vous donnez un second bain de pleine conscience, et elle perd un peu de son pouvoir. Elle va revenir, et si vous continuez, vous n’avez plus peur de la souffrance, et vous laissez, vous restaurez un état de bonne circulation dans votre psyché, et les symptômes de maladie mentale vont disparaître. Une bonne circulation de la conscience, c’est très bien, très important. Donc, il ne faut pas avoir peur, et il faut pratiquer pour avoir cette énergie de pleine conscience et de concentration, avec lesquelles on peut très bien gérer une souffrance, et restaurer la bonne circulation dans notre conscience-connaissance. Et si vous pouvez faire cela pour vous-même., vous pouvez aider l’autre personne à faire la même chose.

(cloche)

prochaine journée de pleine conscience 26 avril

Le printemps est déjà présent, les jardins fleurissent, les oiseaux chantent fort et les arbres nous offrent l’éclat de leurs bourgeons. C’est aussi le moment pour nous de laisser notre cœur et notre souffle s’épanouir.

Dans la paix et la joie, nous proposerons une journée de pleine conscience le dimanche 26 avril.

Voici un poème de Thich Nath Hanh et une chanson du Village des pruniers que nous avons pratiqués au cours de la journée du 8 mars.

Poème de TNH, extrait du recueil « une flèche, deux illusions »

Prends ma main.

Nous marcherons.

Nous ne ferons que marcher.

Nous prendrons plaisir à notre marche sans penser arriver nulle part.

Marche en paix

Marche avec le bonheur.

Notre marche est une marche de paix

Notre marche est une marche de bonheur

Ensemble, nous apprenons qu’il n’y a pas de marche de paix,

que la paix est la marche,

qu’il n’y a pas de marche de bonheur,

que le bonheur est la marche.

Nous marchons pour nous-mêmes,

Nous marchons pour chacune chacun, toujours main dans la main.

Marche et touche la paix à chaque instant.

Marche et touche le bonheur à chaque instant.

Chaque pas apporte une brise fraîche.

A chaque pas une fleur s’épanouit sous nos pied.

Embrasse la Terre avec tes pieds

Imprime ton amour et ton bonheur sur la Terre.

Quand nous nous sentirons suffisamment en sécurité,

la Terre sera sauvée

.

Cultive la joie
Pour faire de chaque heure
De chaque sourire
Et de chaque fleur
Des graines de joie
Dans le désarroi
Cultive la joie
La joie jaillira

Cultive la paix
Pour faire de chaque heure
De chaque sourire
Et de chaque fleur
Des graines de paix
Dans tous les combats
Cultive la paix
La paix fleurira

Cultive l’amour
Pour faire de chaque heure
De chaque sourire
Et de chaque fleur
Des graines d’amour
Dans la haine le froid
Cultive l’amour
Et l’amour naitra